Coaching Diététique en Entreprise

Faisons de l’humain notre capital

L’étude réalisée en 2005 par le Bureau International du travail (BIT) sur les habitudes alimentaires sur les lieux de travail dans le monde entier, affirme qu’une meilleure nutrition au travail peut accroître les taux de productivité nationaux alors que les programmes de restauration peuvent prévenir les carences en micro nutriments, les maladies chroniques et l’obésité au prix d’investissements modestes, rapidement amortis par la diminution du nombre de jours d’arrêt maladie et d’accidents du travail.
L’alimentation au travail doit être une préoccupation pour les employeurs et les travailleurs : une mauvaise nutrition peut nuire à l’entreprise alors qu’une bonne alimentation est un facteur de productivité au travail. Investir dans la santé et le bien-être des salariés, notamment par la promotion de l’équilibre alimentaire, permet d’obtenir une productivité accrue des employés, et une réduction des coûts liés aux soins de santé. Une alimentation adéquate pourrait élever
les niveaux de productivité jusqu’à 20 % (source : Communiqué de presse du 15 septembre 2005- BIT).

Trop souvent, l’alimentation au travail est perçue comme une question de second plan ou un obstacle par
les employeurs, et donc une “occasion manquée” d’augmenter la productivité et d’améliorer le moral.
Les cantines, lorsqu’elles existent, offrent inlassablement une nourriture médiocre et monotone.
Les distributeurs automatiques sont généralement garnis de friandises et autres produits
mauvais pour la santé. Les restaurants de quartier peuvent se révéler trop peu nombreux
ou trop chers, et les aliments achetés auprès des marchands ambulants être porteurs
de bactéries. Les employés n’ont parfois pas même le temps de manger, pas
de lieu pour le faire, ni d’argent pour acheter de la nourriture.

Par son expertise, BODYMATCH élabore, à partir d’un
diagnostic complet, un plan de recommandations
adaptées à chaque entreprise et accompagne
sa mise en place.

Je souhaite être contacté(e)
par Vincent dans les 48h